19 juillet 2019

Des prénoms presque oubliés


Qu'ils nous émerveillent ou qu'ils nous consternent, certains choix de prénoms nous font encore réagir. Si aujourd'hui ce choix est libre, nos ancêtres avaient moins de libertés.

Et pourtant certains parents se démarquaient déjà par leur originalité.

Archangélique
Un prénom fort rare. L'équivalent masculin est à peine plus porté : depuis 1900, moins de cinq Archange naissent en moyenne, chaque année, en France. Le féminin "Archangélique" était porté aux XVIIIe et XIXe siècles.

Emeraude 
Un dérivé du prénom Esmeralda. Dans la province du Dauphiné il était également orthographié, du XVIe au XVIIIe siècle, sous la forme "Meraude".

Acte de mariage d'un Mathelin et d'une Emeraude (RP de Gillonnay, 1728).

Félicité
Moins de dix Félicité naissent chaque année : de nos jours les équivalents masculins de Félix ou Félicien, qui ont la même origine, sont beaucoup plus fréquents.

Mathelin et Mathurin
Deux prénoms dérivés de Mathieu qu'il n'est pas rare de rencontrer dans les archives des XVIIe et XVIIIe siècles. Le prénom Mathurin a, semble t-il, beaucoup plu au début des années 2000.

Signature d'une Phanélie (état-civil de Chantelouve, 1874).

Phanélie 
Ce prénom, également orthographié "Fanélie", semble apparaître à la fin du XVIIIe siècle sur l'archipel des Mascareignes (île de La Réunion, île Maurice). Une quinzaine de "Fanélie" voient le jour chaque année.

Théodorine 
Ce prénom porté par nos aïeules est devenu rare : d'après l'Insee, depuis la fin des années 30, il n'a plus été donné en France.

Signature d'une Théodorine (état-civil de La Bâtie-Divisin, 1887).


Et vous : quel est votre prénom préféré ?
Méraude ou Phanélie ?



Source : INSEE, le fichier des prénoms.


   
Partager cet article:    Facebook Twitter

10 commentaires:

  1. Ah les vieux prénoms ! Dans la série énoncée je choisis Fanélie prénom d'une mes collatérales de la Drôme.

    RépondreSupprimer
  2. Les histoires de prénoms sont une source de discussions plaisante et infinie.
    Je suis intéressée par le diminutif Méraude, moins précieux que l'originel.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai des ancêtres en Normandie qui portaient le prénom de "Tranquillin" !!!!!!!!!! . D'où vient ce prénom ?

    RépondreSupprimer
  4. Au Québec, nous avons également connu une époque (celle de 1900, plus ou moins 10 ans) durant laquelle des prénoms inhabituels ont été donnés à des enfants, lors de leur baptême. Dans ma propre famille directe et par alliance, on pouvait compter des Émérentienne, Euréphise, Léosa, Zélica, Nelly, Hector, Edgar, Hormidas/Hormisdas, Léandrus, Honorius, Amabilis, Arsélie, Avellino, Berchmans, Alphonsine, Albias, Rodolphe...

    RépondreSupprimer
  5. Je trouve Phanélie très élégant !
    J'ai une collatérale prénommée Phare, pouvez-vous m'éclairer? Je n'ai trouvé nulle part d'explication à ce prénom.

    RépondreSupprimer
  6. Nicole GAMONET20 septembre

    Dans l'arbre généalogique de notre famille, nous avons une Scolastique, un Philomin, une Delotte ou Deylotte, un Deylin. Dans mon village, un monsieur se prénommait Pacifique.

    RépondreSupprimer
  7. J'ai une ancêtre dont le prénom est Pacifique (née à Cambrai), sa marraine était Pacifique Joseph (Porez - de Cambrai) dont la marraine était était aussi Pacifique Joseph (Feron). C'était assez courant dans le Nord à cette époque XVIIIe siècle. Pas de trace de navigateurs dans la famille de ce côté....

    RépondreSupprimer
  8. Un petite enfant noir, né en Afrique voici une dizaine d'année porte comme prénom "Thomas Warner", car c'est le prénom et patronyme de l'infirmier qui l'a mis au monde. Un Français, enfant de nos amis, qui à l'époque travaillait bénévolement en Afrique. Dans la Creuse, il y avait énormément de "Marien" (dans ma famille aussi) jusqu'à la fin du 19e, car saint Marien eut une existence très intéressante. La petite chapelle retirée, dans un coin magnifique, où il vécut et le sarcophage de son corps sont toujours très entretenus. Je pense aussi à "Marin" prénom très répandu, surtout dans la famille Héau (dans le Loiret) , depuis le 15e et peut-être avant, je ne sais pourquoi, mais plus maintenant. Le prénom de Lodoïk (ou Lodoïc, Lodoïck), uniquement dans une famille française, celle de ma femme, le premier à l'état civil fut son bisaïeul, car il était filleul d'un Louis dit Lodoïk, car dans les pays du nord où ses parents étaient réfugiés pendant la révolution, on ne pouvait prononcer Louis, alors ils l'appelaient Lodoïk (comme Ludovic, la même chose que Louis), ce prénom est toujours donné dans cette famille uniquement, maintenant encore.

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour, Dans la Haute Provence (région de Moustiers Ste Marie), j'ai trouvé une Simpherose (parfois orthographié Sipherose) Pelligier. Impossible de savoir d'où vient ce prénom composée que cette petite fille a porté jusqu'à sa mort.... Et puis, dans une émission sur une chaîne espagnole, une très vieille dame d'un vieux village espagnol portait ce prénom de Simpherose ! Je n'ai pas trouvé de lien avec la famille bas-alpine mais, au moins, j'ai une explication pour ce curieux prénom : il vient d'Espagne !

    RépondreSupprimer